Mieux connaître : LA PATATE DOUCE

Puisque nous avons un peu plus de temps que d’habitude, j’ouvre une petite page « culture » aujourd’hui pour vous parler de la patate douce. Inconnue ou presque il y a quelques années, la patate douce est désormais partout dans tous les supermarchés et à la une des magazines de cuisine. Ce gros tubercule qui en impose dans les rayons vaut vraiment le détour. Outre sa saveur légèrement sucrée, il est l’un des incontournables de la cuisine « healthy ». Mais pourquoi ?

Originaire d’Amérique du Sud, la patate douce est La vraie patate. Sa couleur varie de blanche à orange, en passant par le violacé, et c’est normal car il en existe plus de 500 variétés différentes. Le plus souvent, les tubercules que nous trouvons sur les étals viennent du Chili ou d’Espagne, mais sachez que la patate douce pousse très bien sous nos latitudes. Ceux qui ont un potager (plutôt dans le Sud car la patate douce est un poil frileuse) pourront faire l’expérience, ce légume rustique est facile à cultiver, même sur des sols pauvres ! C’est d’ailleurs à se demander pourquoi il n’existe pas une vraie filière française ?!

Bon, venons-en à ses atouts nutritionnels. Avec 79 kcal pour 100 g, ce tubercule est assez nutritif. Riche en glucides (16,3 g /100g), il est considéré comme un féculent mais, à la différence de la pomme de terre par exemple, son index glycémique est bien plus faible (50 contre 80). Comme les autres aliments, plus l’index glycémique est bas et plus les glucides sont absorbés lentement, évitant ainsi un pic de glycémie et la sécrétion d’insuline qui va avec. La patate douce est aussi intéressante pour sa richesse en vitamines A et C. En plus de la grande quantité de fibres alimentaires qu’elle renferme, elle contient du potassium, du manganèse en quantités satisfaisantes ainsi que des antioxydants. Plus la chair de la patate sera foncée et plus elle sera riche en antioxydants. Choisissez donc de préférence des patates bien orangées et, si vous le pouvez, mangez la peau.

Si la patate douce connaît un tel succès, c’est qu’elle se prépare de mille et une façons, comme la pomme de terre. En frites, à la vapeur, en salade, en gratins, ou encore en purée… et même en version sucrée comme je vous l’ai prouvé dans mon précédent post avec ce moelleux au chocolat.

 

 

Le saviez-vous ?

Si vous cultivez des patates douces dans votre jardin, sachez que les feuilles se mangent aussi. Elles se cuisinent simplement, comme des épinards ! Et il est même conseillé de les manger car elles sont particulièrement riches en anti-oxydants. Attention, on parle bien des feuilles de la patate douce, car celles de la pomme de terre, elle, sont toxiques.

 

Pas de Commentaire

Laisser un commentaire