Ma journée comme  » assistante de course  » !

Cette note est une sorte d’hommage. Hommage à tous ceux et celles que l’on oublie trop souvent. Dans l’ombre de leur « champion », ils s’effacent au pied des podiums ou simplement derrière les maillots de « finishers ». Le rôle de ces « assistants de course » est pourtant primordial sur les trails ou les épreuves au long court.

Ce dimanche au bord du lac de Guerlédan, à suivre mon homme sur un parcours de 63 km m’a fait prendre conscience de l’importance des assistants de course, de la patience et du dévouement que ce « job » impose. Observer le manège des femmes, parents, amis qui vont de ravito en ravito pour assister leur coureur est d’ailleurs bigrement instructif.

Dimanche 21 mai – 7h30 du matin au bord du lac de Guerlédan… le coup d’envoi de l’épreuve phare du week-end de 63 km a été donné 30 minutes plus tôt et les voitures affluent vers le premier point de ravito au KM 25. Sur le petit parking de la Anse du Sordan, les « assistants » préparent déjà flasques, boissons et matériel pour le passage de leur coureur. On voit tout de suite les « pros de l’assistance ». Les choses sont calées au millimètre, la caisse avec les barres, gels, flasques et autres bouteilles est déjà prête dans le coffre de la voiture. A l’arrivée du coureur (et oui, ce sont souvent ces dames qui joue le rôle d’assistant de course), le professionnalisme de certains se confirme : en moins d’une minute, les flasques vides sont remplacées par des pleines et la poche à eau est remplie, tout cela pendant que le coureur avale quelques morceaux de banane … Juste impressionnant d’efficacité. A peine les coureurs est reparti que le bal des voitures reprend jusqu’au prochain point de passage… Avec, à chaque fois, le même rituel bien huilé.

Évidemment, tous les assistants de course ne sont pas aussi organisés. Peu importe, leur simple présence impose le respect ! Le fait simplement qu’ils soient au rendez-vous avec le ravito à portée de main est un véritable « plus » pour le coureur, à fortiori s’il est en tête de course. Pour les autres, la présence de sa femme, de son frère ou de son meilleur pote peut s’avérer être un vrai atout psychologique pendant un effort de longue durée. Après cette expérience en tant qu’assistante d’un jour, je peux simplement vous certifier qu’ils mériteraient eux-aussi quelques lauriers ou, tout au moins, beaucoup de gratitude et d’estime ! Un grand bravo à eux…

 

2 Commentaires

  • etienne 30 mai 2018 at 10 h 38 min

    Quel bel article, plein de reconnaissance pour les personnes dans l’ombre et bravo à elles.

    Reply
    • Florence 31 mai 2018 at 21 h 12 min

      Et je peux te dire que c’est un vrai job pas facile du tout. Presque aussi fatiguant que de courir…

      Reply

Laisser un commentaire